Les Chroniques
Suivez-nous :
RETOUR

Marie-Nicole Lemieux avec Roberto Alagna et Nicolas Cavallier
Roberto Alagna scène finale
Photos Ph. Gromelle

​Samson et Dalila aux Chorégies d'Orange

Les Chorégies d'Orange ont pu enfin mettre à l'affiche Samson et Dalila. L’œuvre de Camille Saint Saëns y était initialement prévue l’été dernier mais a du être reportée cette année en raison de la pandémie. 
La seule représentation de l'unique opéra au programme de l’édition 2021 est l'adaptation de la production proposée en Principauté pour la Fête nationale monégasque en novembre 2018. Jean-Louis Grinda a repris les grandes lignes d’idées du spectacle représenté au Grimaldi Forum de Monaco (notamment la présence quasi permanente de « l’ange-enfant » inspirateur et protecteur du héros) tout en tenant compte néanmoins des contingences spécifiques de l'immense plateau d'Orange sur lequel il n'est plus question aujourd'hui d'édifier, comme ce fut le cas voici plusieurs décennies, d'immenses décors. Outre que l'heure est plutôt au dépouillement, force est de constater que le mur du théâtre antique constitue à lui seul le cadre idéal pour une œuvre comme Samson et Dalila.

La scénographie est donc toute autre qu'à Monaco où l'action se trouvait enserrée dans des sortes d'énormes parois de granit avec en outre pour l'acte II une immense toile de tente destinée à abriter la brève étreinte des héros. Ici tout l’espace s'avère libre avec un clair de lune étoilé dans ce superbe duo qui scelle le sort du chef des hébreux. La vidéo, qui s'est considérablement développée depuis ces dernières années, contribue à parer les magnifiques vestiges du théâtre de multiples reliefs, ombres et lumières qui peuvent susciter l'imagination du spectateur dans ce qui constitue un péplum à grand spectacle. Les costumes dessinés par Agostino Arrivabene balancent entre grandiloquence antique et futurisme des films d'anticipation en empruntant pour les choristes du dernier acte une allure de cérémonial du deuxième acte de Turandot. Tout cela est un réel plaisir des yeux pour qui assiste au spectacle dans les gradins du théâtre antique d'autant que les lumières de Laurent Castaingt (un habitué particulièrement fidèle de l'opéra de Monte-Carlo) mettent en valeur les clairs-obscurs dont l’œuvre abonde et pour qui regarde la retransmission en différé devant son écran de télévision ce plaisir est aussi évident eu égard à la qualité du film.

Le Samson de Roberto Alagna était particulièrement attendu car le ténor incarnait le héros biblique en ces lieux où pendant près de 30 ans il s'est produit à 16 reprises. Samson n'a plus de secret pour lui car il l'a exploré à maintes reprises notamment à l'Opéra de Vienne et au Metropolitan Opera de New York. S'il peut avoir quelques rivaux légitimes dans les emplois qualifiés de « ténor dramatique » comme Radames ou Otello, la maîtrise absolue du chant français comme celle de l'articulation et de la diction lui donnent un rang privilégié dans pareil rôle où le lyrisme chaleureux de l'acte II comme l'imploration du héros enchaîné à l'avant dernier tableau le trouvent à ce jour sans grand véritable rival. 

A ses cotés la mezzo-soprano Marie-Nicole Lemieux (que l'on avait déjà appréciée in loco dans Azucena de Il Trovatore - aux cotés d'ailleurs de Roberto Alagna-) fait preuve de son habituelle musicalité et à l’instar de son partenaire d'une remarquable diction moirée dans une ample tessiture pour rendre justice au rôle en dépit d'une tension sur une ou deux notes aiguës notamment à l'acte III.

Nicolas Cavallier, remarquable chanteur, nous a souvent convaincus dans maints emplois notamment en Principauté lorsqu’il s'est trouvé assumer des rôles de « basse-chantante » mais l'on doit considérer que l'emploi du Grand-Prêtre de Dagon s'accorde mieux d'un baryton héroïque comme l'était en son temps Ernest Blanc.
Nicolas Courjal s'acquitte parfaitement des phrases du vieillard hébreu alors que Julien Véronèse paraît plus en retrait dans Abimélech. Courtes interventions satisfaisantes de Christophe Berry, Marc Larcher et Frédéric Caton.

La chorégraphie d’Eugénie Andrin déploie ses mêmes séductions qu'à Monte-Carlo avec une intervention conjuguée des ballets de l'Opéra Grand Avignon et de l'Opéra de Metz tandis que les deux chœurs réunis de l'Opéra de Monte-Carlo et de l’Opéra Grand Avignon prennent un relief particulier dans un ouvrage qui leur donne avantageusement l'occasion de briller.

L'orchestre Philharmonique de Radio France est au niveau auquel on pouvait l'attendre dans son excellence coutumière sous la baguette du chef Yves Abel qui s'est fait une spécialité du répertoire lyrique français. 

Christian Jarniat
7 et 10 juillet 2021