Les Chroniques
Suivez-nous :
RETOUR

 Photo : Cédric Delestrade

Peter Grimes de Britten en Ouverture de saison à l'Opéra d'Avignon

Ouverture de saison à l'Opéra d'Avignon
Peter Grimes de Britten ou « Tempête sous un crâne »
Mise en scène exemplaire du Directeur Maison


"Ah oui, Grimes... cette petite chose...". Humour très british du compositeur lui-même qui nous plonge dans un monde impressionniste, violent, heurté, souterrain, dont la musique à l'admirable simplicité recouvre une orchestration traditionnelle mais complexe.
Peter Grimes culmine dans la création d'un personnage, peut-être le dernier à ce jour, après Wozzeck , à avoir su toucher nos sensibilités pour devenir peu à peu un mythe. 
Grimes, c'est en effet l'homme seul, celui que quelque chose singularise - l'homosexualité que le Britten d'alors n'admet pas en public - et qui, par cela même se trouve au banc de la micro-société où il vit.
Face à lui, non pas un ou deux ou trois personnages mais un village entier: un "borough" aux trognes malfaisantes pour reprendre le titre du poème de Georges Crabbe.
Peter Grimes sera donc l'histoire de ce formidable tête-à-tête entre un homme et le reste, avec la mer autour, qui comme dans le Vaisseau fantôme envahit tout : la scène et la musique. Chants de marins et mer démontée, orage, cris de la nature et des éléments, appel de l'homme marginal qu'une femme va trahir, la seule qui l'eut aidé et qui, par son aveu "O! Peter! nous avons échoué", se dérobe et le tue.

En Avignon, dans un théâtre entièrement rénové et à l'acoustique plus que parfaite (les vagues musicales sortant de la fosse se reçoivent comme de formidables uppercuts) le Directeur Frédéric Roels signe un spectacle d'ouverture classique donc exemplaire. 
Point de verdoyant Suffolk, tout semble victime ici d'une marée noire style Amoco Cadiz. Aucune lumière, aucun soleil ne viendra éclairer ce « Village des damnés »où les non-dits, les frustrations, les médisances et rumeurs vont bon train. 
Les mouvement de foule sont naturels, le tout croqué par une sorte de Daumier moderne. 
Du héros, véritable montagne, force de la nature sous ses allures de Teddy-Bear inculte et vulnérable dans ses contradictions, Frédéric Roels a gommé tout aspect équivoque pour mieux privilégier l'image d'un homme qui a beaucoup souffert et dont les réaction sont lentes. La conception tient bon la barre.
Pour ses débuts dans l'ouvrage, Uwe Stickert, exprime au mieux les tourments qui déchirent le pêcheur solitaire. Voici un désespéré, un poète frustré, illuminé (vibrant duo avec Ellen à la fin du prologue), ni héros, ni vilain, sans doute plus discrètement subversif... 
On a certes entendu des voix plus wagnériennes dans le rôle-titre, mais Uwe Stickert apporte une fragilité presque surhumaine, comme hallucinée dans la chanson de la taverne.
Très belle composition de Ludivine Gombert (également prise de rôle) en Ellen Orford, rebelle mais sympathique, avec une voix puissante et cristalline à la fois, attachante, expressive, réussissant ce tour de force à rendre, car toute de simplicité, la fatigue, la lassitude de celle qui renonce.
Robert Bork donne une puissance inattendue à son Captain Balstrode. Voix de baryton comme on en fait plus, claire, intense, épaisseur théâtrale incontestable pour un rôle de salaud parfait, car c'est lui qui va pousser Grimes au suicide après l'avoir soutenu.
Coup de cœur pour la Mrs Sedley de Svetlana Lifar, véritable langue de pute de province finement croquée, reine du crime incontestée, sans état d'âme, complètement déjantée, sûre de son bon droit, de sa fausse morale. Et toujours cette voix du Bon Dieu, pétaradante (dans le meilleur sens du terme) et qui plane sans l'ombre d'un orgueil dans les terrifiants ensembles voulus par Britten. Fascinante Diva.
Comme un soleil blafard, la Tantine de Cornélia Oncioiu et ses deux chipies de nièces-garces à marin délurées, Charlotte Bonnet et Judith Fa, nous rappellent que la chair est bien souvent triste.
Impossible de citer la ribambelle des autres petits rôles qui n'appelle que des éloges. On se rabattra donc sur les chœurs, surhumains, apocalyptiques, intergalactiques, comme fouettés par les embruns, éblouissants de précision, de fermeté.

Federico Santi, subtil, incisif, monte fièrement à la barre du navire. En véritable maître des pulsations et des nuances, dans un mélange de sadisme trouble et de révolte passionnée, le chef se montre un vrai virtuose dans sa manière de nous rendre attachante la bizarre partition de Britten, on le sait, véritable pot-pourri de références (de Purcell à Puccini, Moussorgky et Berg). 
Splendeur des cuivres, irrésistible sensualité des corde, atmosphère magique du pouvoir évocateur des Interludes Marins. De la belle ouvrage.

Christian Colombeau