Les Chroniques
Suivez-nous :
RETOUR

Loïc Felix, Amélie Robins, Serenad Uyar,Julien Dran / Photo Christian Dresse

L’Enlèvement au sérail à l'Opéra de Marseille

L’Opéra de Marseille était coproducteur avec l’Opéra de Monte-Carlo de L’Enlèvement au sérail dont la mise en scène avait été confiée au suisse Dieter Kaegi. Les représentations à l’Opéra de Monte-Carlo remontent en mars 2019 et c’est 3 ans plus tard, en ce mois d’avril, que l’Opéra de Marseille a donc proposé à son public l’œuvre de Mozart. L’idée du metteur en scène et de son décorateur Francis O’Connor (également concepteur de superbes costumes) consiste en celle d’un voyage dans un Orient-Express luxueux qui part de la ville où est représentée l’œuvre (pour Monte-Carlo à la Gare non loin de Sainte Dévote et pour Marseille à la Gare Saint Charles) avec pour point d’aboutissement du voyage Le Caire. Entre ces deux destinations, diverses étapes entrecoupent ce long parcours. Ce qui permet d’avoir deux aires de jeux, l’une à l’intérieur du train et l’autre sur les quais. Une transposition relativement éloignée de ce point de vue du livret original signé par Gottlieb Stéphanie Jr créé au Burgtheater à Vienne en juillet 1782 dont l’action se déroule à l’intérieur du palais-sérail du pacha Selim dans une lande désertique. On rappellera que dans ce palais le pacha a emprisonné Konstanze et Blondchen qui sont sous la garde de l’intraitable Osmin. Mais le train renvoie néanmoins également au symbole d’un lieu clos où les possibilités de s’enfuir demeurent aléatoires. L’époque choisie (celle des années 1920 au lieu du 18ème siècle) en dit long sur l’évolution des mœurs en cette période des « années folles » (on y croise dans les couloirs une faune de fêtards débauchés en vaine de libération sexuelle).


Les personnages eux-mêmes changent d’identité et de psychologie : le pacha est plutôt un gentleman-séducteur à la mode britannique, Osmin devient un contrôleur (naturellement irascible) , Konstanze une aristocrate et Blondchen une soubrette. Les spectateurs voyagent avec les protagonistes dans la mesure où par des effets de lumière (Roberto Venturi) et de vidéo (Gabriel Grinda), le train parait se déplacer et pratiquement chaque séquence chantée nous fait découvrir l’intérieur des wagons : les couloirs, le bar, le compartiment salle-à-manger ou le salon ainsi que les cuisines, ce qui donne au demeurant lieu à des scènes hilarantes où Blondchen entourée des soubrettes se moque d’Osmin jusqu’à lui renverser une marmite sur la tête. Le caractère du « singspiel » (dont on trouve la correspondance dans l’opéra-bouffe italien ou français) est ainsi respecté dans ces épisodes comiques. D’ailleurs le singspiel d’hier n’est il pas l’ancêtre de la comédie musicale d’aujourd’hui ? (voir comment le tango des soubrettes colle aussi bien avec la musique de Mozart). L’aspect davantage dramatique qui tourne autour de la relation entre Konstanze et le pacha semble ici plus subtil que dans le livret original dans la mesure où les rapports de force qui doivent aboutir à la soumission de Konstanze sont moins affirmés ou exacerbés et le jeu de la séduction davantage mis en valeur. Reste une étrange fin ouverte au moment où le pacha Selim rend avec une certaine grandeur d’âme sa liberté à Konstanze aux ultimes mesures de l’opéra. Celle-ci devrait logiquement s’enfuir avec son amoureux Belmonte. Or, elle revient vers Selim tandis que l’Opéra se termine, en la circonstance, sur un point d’interrogation sans que l’on sache exactement quelle est la détermination de la jeune femme.
 


Si Bernhard Bettermann demeure l’excellent Selim qu’il fut à Monte-Carlo toute la distribution est renouvelée. Julien Dran se révèle en Belmonte comme l’ incarnation accomplie du héros Mozartien avec un charme interprétatif jusqu’au bout des ongles. Légato idéal, phrasé élégant, et art consommé de la mezza voce. Après un début quelque peu en retrait la voix ample d’un timbre richement coloré de la soprano turque Serenad Uyar s’épanouit avec aisance tout au long de l’ouvrage culminant avec un glorieux « Marten aller arten ». Amélie Robins se glisse avec bonheur dans une Blondchen au tempérament affirmé. Son aisance scénique s’accompagne d’une parfaite adéquation vocale avec le rôle qu’elle assume avec dynamisme, humour et un indéniable brio. Il en va de même pour Loïc Felix dont la solide expérience dans ce type d’emploi lui permet, avec son énergie coutumière mais aussi son chant impeccablement huilé, de brûler les planches en Pedrillo. L’abattage scénique mais aussi la maîtrise du registre grave permettent à Patrick Bolleire de dessiner un énergique et convaincant Osmin. Paolo Arrivabeni, chef à l’éloquente carrière internationale, mène avec précision et allant orchestre, chœur et protagonistes ce voyage à bon port.
 


Christian Jarniat

19 avril 2022