Suivez-nous :
RETOUR

 Luciano Pavarotti- Mirella Freni (Bohème)/ Photos DR

Disparition de Mirella Freni (27 février 1935 – 9 février 2020)

La disparition de la soprano Mirella Freni (âgée de 84 ans), survenue le 9 février 2020 après une longue maladie dégénérative, a été rendue publique avec une profonde tristesse par Jack Mastroianni, son manager d’une vie. 
Une des grandes artistes de notre siècle, Mirella Freni s’est éteinte dans sa maison de Modène entourée de sa famille : sa fille Micaela Magiera, ses petits-enfants Gaia et Mattia Previdi, son beau-frère Matteo Cuoghi, sa sœur Marta et son amie de toujours Fausta Mantovani. 
Mirella Freni avait été mariée au Maestro Leone Magierra et en secondes noces, pendant plus de trente ans, avec la célèbre basse bulgare Nicolai Ghiaurov, disparue en 2004.

Née à Modène le 27 février 1935 quelques mois avant la naissance de son frère de lait Luciano Pavarotti ami de toujours qu'elle retrouvera de nombreuses fois sur scène. Mirella Freni débuta dans le rôle de Micaëla dans la Carmen de Bizet le 3 mars 1955. Depuis le début de sa carrière, le charme de sa voix et de sa personnalité dans les répertoires mozartiens et belcantistiques lui ont valu l’affection du public et de ses collègues. Un heureux hasard a conduit à la rencontre entre Freni et Herbert von Karajan à la Scala pour la première production légendaire de  Franco Zeffirelli de la Bohème de 1963. En Mirella Freni, le maestro Karajan trouva sa « Mimi » idéale, à l'esprit artistique aigu.

Ainsi commença une collaboration fructueuse qui dura plus de vingt ans au cours de laquelle l’artiste commença à interpréter avec beaucoup de discernement des rôles plus exigeants, par exemple Otello, Requiem de Verdi ou Simone Boccanegra de Verdi, la Manon lescaut de Puccini, Eugène Onéguine de Tchaïkovski et Adriana Lecouvreur de Cilea. Tout en conservant à son répertoire son « cheval de bataille de Mimi dans la Bohéme.

Mirella Freni était connue pour sa discipline vocale, ainsi que pour sa capacité à refuser des rôles vocalement compromettants, comme lorsqu’elle déclina l’invitation de Karajan à jouer le rôle du titre de Turandot de Puccini. Grâce à cela, Mirella Freni atteignit la deuxieme partie de sa carrière avec une voix toujours fraîche et un désir d’élargir son répertoire en interprétant des œuvres russes et véristes, comme La Dame de Pique et La Pucelle d’Orléans de Tchaikovsky, ou Fedora de Giordano.

Mirella Freni eut la chance de se produire en de nombreuses occasions avec les ténors Plácido Domingo et Luciano Pavarotti et avec des chefs réputés comme Claudio Abbado, Carlos Kleiber, James Levine, Riccardo Muti, Seiji Ozawa, Giuseppe Sinopoli et Herbert Von Karajan, entre autres. 
Un riche répertoire de CD et de DVD témoignent de son grand art.

Le Metropolitan Opera a rendu hommage à Mirella Freni dans un Gala le 15 mai 2005 au cours duquel la scene new yorkaise a célébré ses quarante ans de collaboration avec le théâtre et ses cinquante ans de carrière. L’événement fut aussi l’occasion de faire l’annonce inattendue de son retrait des scènes.

Au cours de ses dernières années, Mirella Freni s’est consacrée à l’enseignement, jusqu’à ce que l’avancée de la maladie l’ait empêchée de poursuivre son activité.